Le jour où c’est le moi chinois

Me voici, me voilà pour répondre au super défi lancé par Madame Ourse à l’occasion du nouvel an chinois (le 28 janvier).

Alors c’est plein de questions hautement philosophiques mais je vais faire ce que je peux !

Si j’étais un objet, je serais un livre. Oui c’est pas super original mais la Madame Ourse aussi elle défit des grosses lectrices genre même un pavé je me balade avec partout quoi !

Si j’étais une couleur, je serais le rose. Fushia, vieux rose ou pastel, il y a peu de teinte de rose que je n’aime pas.

HS : mon correcteur d’orthographe souligne Fushia et me propose Fukushima ! WTF !

Si j’étais un pays, je serais l’Egypte. Ok c’est pas super secure toussa toussa mais je rêve d’y retourner, j’adore l’histoire de ce pays, ses monuments, son fleuve …

Si j’étais un son, je serais le bruit des vagues à la fois envoûtant, doux, parfois sauvage.

Si j’étais une odeur, je serais celle de la pluie qui tombe sur le sol chaud, cette odeur d’humidité, de terre, de nature …

Si j’étais une saison, je serais l’automne. J’adore la campagne l’automne, le changement de couleur, tous ces tons orange ou brun, cette douceur, cette lenteur propre à l’automne.

Si j’étais un couple (ou duo), je serais Léa et François dans la sage la Bicyclette Bleue. Lu un millier de fois, un couple à la fois passionné, inconscient, dramatique, courageux, dangereux. C’est fleur bleue mais j’assume.

Si j’étais une fleur, je serais le lilas. Son odeur, ses multiples couleurs. Une fleur d’extérieur qui ne se plait que dehors ou presque.

Si j’étais un poème, je serais l’Invitation au Voyage de Baudelaire. Le titre parle de lui même.

Si j’étais un proverbe, je serais « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ». Parce que j’ai beaucoup pensé que je n’en changerais pas à tort.

Si j’étais un moment de la journée, je serais les soirs d’été où on se pose sur la terrasse au soleil un verre à la main en profitant du paysage.

Si j’étais une date, je serais le jour où j’ai acheté mon appartement en RP. Oui ni mon mariage, ni mon chéri, ni mes enfants. Cet événement a beaucoup décidé du reste de ma vie, m’a fait prendre confiance en moi, m’a fait passer des années extra et au final m’a fait rencontré mon voisin du dessous alias mon mari.

Si j’étais un objectif, je serais le même que je me suis fixée il y a plusieurs années et que je ne perds pas de vue : être heureuse. Objectif atteint mais à entretenir avec soin.

Si j’étais un souvenir d’enfance, je serais les batailles d’eau / mousse à raser / oeufs qu’on faisait en famille au camping. Un désastre pour qui passait près de nous, un grand moment de délire fou furieux.

Voilà pour ma part ! Fastidieux mais rigolo ce défi.

Du coup je défis à mon tour SteffNanou et Mon p’tit oeuf.

Publicités

3 réflexions sur “Le jour où c’est le moi chinois

  1. J’aime beaucoup la symbolique de la date que tu as choisie, c’est une belle histoire ça d’avoir épousé son voisin du dessous. 😉
    Il faut que je m’y colle aussi, mais certaines réponses sont pas faciles à trouver …
    Bises.

    J'aime

Alors, tu en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s