Le jour où …

On se demande comment on tient debout.

D’ailleurs on ne tient plus.

On pioche dans nos dernières ressources.

Mon mari s’effondre un peu plus chaque jour.

Ma belle-mère s’est effondrée et malgré sa promesse de prendre soin de son mari pour ses derniers jours a dû se résoudre à le placer en soin palliatif près de chez elle, à bout de force.

Il a été emmené là bas aujourd’hui.

Mes fils ne verront plus jamais leur grand-père.

Nous comptons les heures, nous comptons les jours.

Moi qui suis athée je ne sais plus à quel Saint me vouer pour que mon beau-père ne meurent pas dans les 3 jours à venir.

Parce que mon mari aura 40 ans samedi et que je ne veux pas qu’il ait à apprendre la mort de son père pour son anniversaire.

Et pourtant on arrive à souhaiter que tout se termine tant on est à bout de force.

Porter la mort, vivre la mort au quotidien, ne parler que de ça.

Il a fallu tout organiser car rien n’était fait.

Il va falloir revoir nos projets d’avenir car la succession n’est pas du tout comme prévue et nous devons débourser plus de 30.000 euros pour garder la maison familiale où ma belle-mère habite.

Pour ça il va nous falloir vider tous nos comptes dédiés aux travaux de notre maison.

Tous nos projets sont suspendus ou annuler sans retour possible.

Hier on listait les personnes à prévenir, on relisait le texte que mon beau-frère lira à l’église.

Lundi j’étais au pompe funèbre pour organiser le jour J.

Vendredi dernier c’était le caveau et la pierre tombale.

Il y a aussi eu le Notaire.

Ce soir et demain je dois trouver des photos de mon beau-père à mettre sur son cercueil pendant la cérémonie.

La vie ne s’arrête pas et on travaille, on va toujours au SESSAD trois demi-journée par semaine sans compter toute l’organisation de la rentrée qui se prévoit dès maintenant avec des dates limites de dépôt de dossier en mars pour notre Quentin (AVS, inscription, aide etc …).

On n’arrive plus à penser correctement, on ne dort plus, on avance au radar.

Ici c’est les vacances scolaires dont on cumule aussi le travail et les enfants puisque la garderie est fermée.

La moindre sonnerie du téléphone nous provoque des sueurs froides.

Dès que je m’absente de la maison je suis scotchée à mon téléphone, attendant l’appel, je ne pense qu’à ça.

Je prends des notes, je vais au rendez-vous avec ma belle-mère pour éviter à mon mari et à mon frère de voir ça de plus prêt qu’ils ne le vivent déjà.

Je vois mon mari craquer, l’entendre dire hier qu’il allait l’enterrer pour ses 40 ans.

Tout mais pas ça.

C’est arrivé à mes deux belles-mères : la mère de mon mari et la femme de mon père.

Je n’ose même pas imaginer ce que c’est d’enterrer un parent le jour de son anniversaire.

On débloque mais la vie continue, j’invite des amis samedi soir parce que si mon beau-père est toujours là je veux que mon mari ait ses amis pour ses 40 ans, même dans son état.

Je ne sais même pas comment on tient, sûrement parce qu’on n’a pas le choix.

Encore un article bien déprimant, je vais faire fuir les 3 lecteurs qu’il me reste mais entendre parler de la mort n’enthousiasme pas grand monde alors on se sent plutôt seul (pour changer …) alors c’est vous qui prenez, désolée.

Publicités

23 réflexions sur “Le jour où …

  1. Une amicale pensée pour vous tous, et pour toi particulièrement…
    Je suis également maman de jumeaux et je suis très admirative de toute ton énergie. T’es une sacrée nana et même si tu parles de choses tristes, qui hélas sont ton quotidien actuel, tu portes un regard sur les choses toujours positif et dynamique.
    plein de courage à vous, le bonheur est au bout du tunnel…

    J'aime

  2. Tu as raison d’en parler ici. C’est ton espace, ton jardin secret, tu y mets ce que tu veux. Et personnellement ça ne me fait pas fuir. Je ne sais que trop bien ce que c’est de « côtoyer » la mort…
    J’espère vraiment pour vous que ça « attendra » la semaine prochaine, que ton mari puisse profiter de son anniversaire ! Des bisous de réconfort!

    J'aime

  3. Je ne sais pas qui on serait pour ne venir lire que les bonnes nouvelles et te laisser tomber dans les moments les plus durs. Certes on ne se connaît pas mais les Blog cop sont des copines qd même!

    J'aime

  4. Je ne peux que comprendre…parfois la mort ressemble plus à une douce délivrance qu’à une vraie souffrance.
    Je vous souhaite ce départ rapide, et doux…Je vous souhaite beaucoup de courage parce que malgré tout ça sera difficile.

    J'aime

  5. Apparemment tu as plus que 3 lecteurs 😉 cette période est tres dure pour vous, je t’envoie tout mon soutien virtuel (qui ne sert à rien) et espère fort que vous tourniez aussi tot que possible cette page douloureuse. Tu n’es pas du genre déprimante au naturel donc tu peux bien déprimer sur ton blog : les circonstances le justifient amplement. Puis ça fait du bien d’écrire, de se lâcher. Des bisous.

    J'aime

  6. Je suis de tout coeur avec vous dans cet terrible épreuve…
    Que c’est dur de voir d’éteindre doucement une personne aimée. Que c’est dur de penser à tout ce qui ne sera pas.
    J’espère que les 40 ans de ton mari se passeront le plus sereinement possible et que vous puissiez ensuite accueillir cet terrible nouvelle sans cet angoisse en plus.
    Plein de courage et de bisous de réconfort.

    J'aime

  7. Oh Titounett! Je suis désolée de lire ces nouvelles… Je vous souhaite tout le courage possible dans ces épreuves difficiles, et je croise les doigts pour que les 40 ans de ton mari ne soient pas trop sombres, et entourés d’amis pour vous soutenir…

    Des bisous

    Nath

    J'aime

  8. Je pense sincèrement à vous dans ces temps difficiles. Courage…
    Tu portes ta famille magnifiquement sur tes épaules, même si j’imagine la difficile position qui est la tienne.

    J'aime

  9. Je te souhaite beaucoup de courage dans ces moments difficiles, les mots sont bien peu de choses face à cette réalité brutale, alors j’espère que vous pourrez vous rassembler pour faire face ensemble. Gros bisous à vous

    J'aime

Alors, tu en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s