Le jour d’après

De nombreux jours de beau temps.

Un printemps splendide, le soleil est bien là.

Sauf ce mardi 4 avril. Ce mardi il a plu toute la journée, il a fait froid, c’était gris.

Le ciel (et tout le monde sait à quel point j’y crois peu) pleurait l’arrivée d’un pure chieur de base parmi eux.

C’est qu’il était comme ça mon beau-père : so british sans aucune généalogie anglaise, pince sans rire, exigeant, pointilleux, gourmet à l’extrême avec un caractère de cochon, têtu comme vous n’imaginez pas.

Lui et moi on s’est aimé au premier regard, à la première parole.

C’était un mois de mars, le mois de mars 2009 pour être exact.

C’était l’anniversaire de ma belle-mère, mon chéri du moment (mon mari actuel, vous suivez ?) m’avait demandé de l’accompagner dans cette région angevine que je ne connaissais pas pour me présenter à ses parents à cette occasion.

On était ensemble depuis la fin août 2008.

Je les ai vus, je l’ai vu et je l’ai adoré.

Je crois qu’on a commencé à se lancer des piques au bout de genre … quoi ? 30 minutes peut-être, une heure maximum.

Il y a eu mon amour pour cette région, mon amour pour mon beau-frère, ma belle-mère mais mon beau-père … ah mon beau-père c’était différent.

Cette famille rencontrée alors est ma famille de cœur sans nul doute.

Ils m’ont non seulement accueillie à bras ouverts mais acceptée, comprise et aimée.

J’ai trouvé chez eux une compréhension de ma vie, de ma façon d’être, de moi, vraiment moi vous comprenez ? Pas moi derrière mes façades de rigolotes ou de provoc mais moi derrière mon amertume, mes angoisses, mes peines et mon mal être que mes proches considèrent souvent en levant discrètement les yeux au ciel.

L’expression dit « on ne choisi pas sa famille » mais moi je ne suis pas d’accord.

Soit on ne choisi pas sa famille de sang, ses gênes mais on choisi malgré tout quelque chose dans tout ça et on se sent parfois bien plus proche de certaines personnes que de sa famille.

Ce n’est pas méchant ni une critique, c’est comme ça.

Ma belle-famille est incontestablement de ceux-là.

On peut dire, définitivement qu’on est passé de l’autre côté de la barrière, vous savez cette barrière où les réunions se font plus lors des enterrements que des mariages ?

Je ne savais pas que ça commençait si tôt.

Un hasard bien pourri fait qu’aujourd’hui ma soeur vit la même chose avec sa belle-mère que nous avec mon beau-père.

Le crabe encore et toujours, tue encore et toujours.

Ensuite il faut répondre à la question omniprésente depuis des semaines : « où est papy ? », il faut regarder son mari pleurer pendant des heures, boire verre sur verre même si ça sert à rien, il le sait.

Le mot de la fin sera pour tous : ne faites pas l’autruche.

Si un ami/une connaissance vit la maladie fatale d’un proche, appelez le, demandez lui comment ça va, s’il tient le coup, comment va ce proche malade.

Le vivre, semaines après semaines est déjà tellement difficile mais le silence et la gêne de chacun (la mort ce sujet tabou) nous isole encore plus dans notre peine.

Oui c’est pas drôle mais j’ai eu besoin d’en parler, de me confier, de pleurer avec des proches et une seule personne osait me demander des nouvelles régulièrement.

Surtout dans ce cas spécial, quand on doit être fort pour notre mari/notre femme, quand on ne peut pas pleurer à la maison, pas montrer notre peine parce que lui ou elle souffre tellement plus que nous.

Bref, oui, il y a des sujets pas supers mais finalement ça n’arrange que nous de l’éviter, notre confort, notre peur de la mort.

Alors un merci à tout le monde pour avoir supporté mes articles bien tristes et déprimants, pour vos commentaires qui ont compensé.

 

Publicités

7 réflexions sur “Le jour d’après

  1. Les anges ne vont pas s’ennuyer avec lui et c’est un réconfort bien maigre face à la douleur qui vous foudroie.
    Alors je vous envoie mes plus douces pensées ainsi qu’à vos petits qui embrasseront peut-être le ciel en disant que leur papy chéri s’est envolé. Je te souhaite qu’ils le vivent avec sérénité au fil du temps et que vos coeurs s’apaisent doucement en pensant à lui.

    J'aime

  2. Parce qu’ils ont quoi les anglais?;-) …..rappelez vous des bons moments avant cette foutu maladie Et gardez sa mémoire vivante pour les grumeaux……. courage et bisous

    J'aime

  3. Toutes mes condoléances à toi et ta famille. Je te souhaite bon courage pour les jours qui vont suivre, ce n’est pas facile. Le cancer a emporté ma mère il y a longtemps, ma belle-mère il y a un an et demi. La vie est forcément différente après. J’essaye de faire une force de leur souvenir.
    Gros bisous,
    Lily.

    J'aime

  4. Je vous envoie tout le réconfort dont vous avez besoin… Nous avons vécu ça il y a 3 ans avec ma jolie maman (Putain déjà 3 ans… 😭)… Crabe à la con ! Ça sera long… on ne s’en remet jamais vraiment ! Mais la vie avance quand même et petit à petit la vie reprend sa place !
    je vous embrasse tendrement !

    J'aime

  5. Toutes mes condoléances Tittounett, la vie est tellement injuste. Cet article est un très bel hommage à ton beau-père et je suis sûr que tu continueras avec ton mari à le raconter à vos fils et que sa personnalité leur servira d’appui pour grandir. Grosses bises

    J'aime

Alors, tu en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s