Le jour où on en parle quand même

Bon, alors je ne m’étendrais pas sur la rentrée proprement dite.

Alors je suis sûrement une mère affreuse parce que bon, la maternelle ne m’a pas arraché de larmes ni de palpitations ou d’émotion particulière.

Tout allait bien, les 4 portes ouvertes (3 avant l’été et une le 1er septembre) ont aidé les garçons à prendre cette rentrée très positivement et à savoir dès la rentrée où était la classe et qui était la maîtresse.

La semaine avant la rentrée nous avons eu le grand soulagement de rencontrer l’AVS attribuée à notre Crevette lors d’une nouvelle réunion avec la directrice/maîtresse et l’ATSEM (+ l’AVS donc), le 1er septembre.

Une femme d’expérience, d’une cinquantaine d’années, AVS depuis quelques années.

Nous arrivions donc confiants.

Là bas, rentrée des petites sections en deux fois : la moitié le lundi et l’autre le mardi puis au complet le mercredi, histoire d’éviter les pleurs démultipliés.

Le mardi, rentrée niquel, AVS à l’heure, pas de pleur et tout roule.

Mercredi la donne a changé

La directrice/maîtresse nous apprend que l’AVS a laissé un message sur le répondeur et a démissionné à effet immédiat.

Un litige avec l’inspection ou l’éducation nationale et hop ça l’a soûlé, elle est partie.

giphy

Il faut savoir que la scolarisation des enfants handicapés dépend, pour beaucoup d’écoles, de la présence d’une AVS.

Beaucoup d’écoles excluent les enfants sans AVS, et encore plus en maternelle (bah voui c’est pas obligatoire la maternelle).

Je rappelle que nous travaillons tous les deux.

Et mercredi nous n’avions plus d’AVS.

Inutile de vous expliquer notre incompréhension, notre colère, notre panique et je vous en passe.

Heureusement la directrice/maîtresse est formidable et nous a rassuré tout de suite en nous disant que la scolarisation de notre lardon n’était aucunement remise en cause.

Evidemment elle est géniale, cette école est géniale mais on sait très bien que, dans la réalité, elle ne pourra pas gérer notre bouchon sur un long terme sans AVS, seule avec une ATSEM et 27 autres enfants.

En rentrant, j’ai donc envoyé  un e-mail à tous mes contacts (et je commence à en avoir …) et la directrice a fait pareil.

Dans la journée la coordinatrice des AVS a répondu qu’elle faisait remonter au rectorat et faisait son possible.

Oui mais là aussi, dans les faits, on sait très bien que cette rentrée, avec les réformes en cours des contrats aidés notamment (les AVS sont principalement en contrat aidé) est très difficile à gérer et que l’éducation nationale est en plein rush dans les attributions d’AVS.

Je préciserais par ailleurs pour la petite histoire qu’AVS n’est même pas un vrai métier (dans le sens où il n’est pas considéré j’entends), que les AVS ne sont même pas formées à s’occuper d’enfants handicapés, n’ont aucun diplôme particulier relatif à l’enfance et sont payées des misères.

Bref, pour l’instant la semaine d’école est finie pour notre choupi puisque vendredi et lundi c’est SESSAD et la semaine s’est plutôt bien passée à l’école et à la garderie.

Mais moi j’avoue que je suis super stressée à l’idée qu’un soir on arrive à l’école en apprenant que la maîtresse ne peut plus gérer mon babychat ou que lui, pas assez encadré, finisse par détester l’école.

Sur ce, le petit détail que ni l’un ni l’autre des garçons n’est propre et là aussi, j’ai peur que la compréhension de la maîtresse n’ait ses limites.

Bon en gros je ne suis pas super sereine même si pour l’instant tout se passe très bien.

Voilà, et j’avais dit qu’on ne parlerait pas rentrée, désolée.

Et vous ? Tout s’est bien passé ?

 

Publicités