Le jour où on est au milieu

Ce week-end nous sommes partis en famille, mes beaux-parents, mon beau-frère et nous 4, pour un week-end à la mer via une maison trouvée sur airbnb.

A même pas 2 heures de la maison, sur les cotes sauvage de Batz-sur-Mer et du Croisic.

Un endroit splendide et une maison ma foi niquel, un propriétaire adorable et surtout face à la mer.

batz-sur-mer-1

Bref, on y a passé un très bon week-end mais ce n’est pas là l’objet de mon article.

Cette maison est grande : 2 chambres en bas pour 2 couples, 1 grande chambre en haut et 2 autre chambres en enfilade.

En tout une dizaine de couchages.

Une maison qui vous fait dire qu’à plusieurs ce serait vraiment pas cher (300 euros le week-end à diviser en 3 ou 4 couples ça le fait pas mal) et super sympa.

Oui mais.

Oui mais on se trouve dans une situation qui souvent m’attriste un peu je dois l’admettre et me fais encore me sentir un peu « exclue ».

2012_09_22_calimero_trop_injuste

Car tout d’abord, nous nous sommes rencontrés un peu « tard », soit vers 30 ans et que la PMA ne nous a apportée nos enfants que 5 ans plus tard soit vers 35 ans (oui mes dons en mathématiques vous laissent silencieux j’en suis consciente).

A l’heure où cette situation alimente les journaux et autres reportages « avoir des enfants sur le tard » il se trouve que dans notre entourage ce n’est pas du tout le cas.

Alors au moment où, dans la voiture, mon amour et moi nous demandons comment retourner rapidement dans cette maison et surtout avec qui, notre enthousiasme du week-end est un peu soufflé.

En effet, notre entourage et nous, nous divisons en plusieurs catégories.

  1. Les amis de notre âge ayant eu des enfants à l’âge qui « se fait » genre 20/30 ans. Lesdits enfants sont soit en primaire ou au collège. Au mieux en dernière année de maternelle. Lesdits parents ont déjà leur petit groupe d’amis parents ayant des enfants du même âge avec qu’ils partent en vacances régulièrement ou en week-end, bref leur petit groupe déjà construit depuis quelques années.
  2. Les amis légèrement plus âgés que nous qui ont, eux aussi, eu des enfants à l’âge « qui se fait » et qui sont sur le point d’en être débarrassés (genre les gamins ont entre 17/20 ans). Ceux là n’ont certes pas envie de partir en vacances avec des moutards de 2 ans alors qu’ils viennent de passer 20 ans à s’occuper des leurs et sont enfin redevenus libres.
  3. Les amis qui n’ont pas d’enfant et qui se retrouvent dans la même case que ma deuxième catégorie. Ces deux dernières catégories étant le plus souvent super potes.
  4. Nous.

Nous nous rendons à l’évidence, il n’y a pas grand monde qui serait partant pour partir avec nous et nos chers bambins.

S’agissant de la famille on se retrouve un peu dans la même situation.

Les fils de ma soeur ont le même âge que leurs cousines (du côté de son mari CQFD) donc si ma soeur passe des week-end en famille c’est le plus souvent avec sa belle-famille, ce qui est logique, il est bien plus intéressant de voir ses enfants s’éclater avec des cousins du même âge avec qui on peut organiser des activités communes etc …

Mes cousins et cousines sont dans la catégorie n° 1 donc le fossé s’est creusé au fur et à mesure des années.

Voilà, voilà quoi …

C’est une situation à laquelle j’ai beaucoup pensé durant nos années de PMA, une situation qui me fait beaucoup culpabiliser par rapport aux jumeaux et me fait encore beaucoup culpabiliser.

J’aimerais leur apporter tout ça, les week-end avec des copains, les maisons remplies de rires et de bêtises, les parents qui rient et picolent autour du barbecue pendant que la marmaille court partout.

Je pense ensuite à leur scolarisation, les parents que je vais rencontrer qui auront donc des enfants du même âge que les miens … mais qui auront sûrement aussi 10 ans de moins que nous au bas mot.

Evidemment je ne suis pas vieille (enfin je ne crois pas), évidemment je n’en veux pas à mes amis ni à ma famille, j’aurais bien sûr fait pareil à leur place.

Dans cette situation on n’arrête pas de vivre en se disant « attend ma copine/cousine/soeur va bien finir par avoir des moutards alors on ne va pas vivre notre vie en attendant« .

fete-des-grands-meres

C’est juste une constatation dont je ne parle à personne parce qu’encore ces « jérémiades » de PMettes qui se plaint tout le temps finalement.

Même avec des gamins elles arrivent à se plaindre c’est fou quand même !

Mais cette situation m’attriste vraiment beaucoup.

Et vous ? Malgré la PMA, vous avez réussi à être « synchro » avec votre entourage ou pas ?

Publicités