Le jour où on parle de rêves

De façon générale je suis parfaitement consciente que j’adore ma vie. De A à Z j’adore ma vie et il y a des jours comme hier ou ce bonheur se ressent plus fortement.

Dans ces moments là le cerveau part tout seul dans des phrases bateaux (et dégoulinantes de sucre) du genre « j’ai la vie dont j’ai toujours rêvé ».

Et puis quand mon cerveau (le vrai, celui qui réfléchit pas celui en mode automatique) se réveille, je trouve ça royalement stupide parce que ma vie je ne l’ai jamais mais alors JAMAIS rêvé ainsi.

Alors sortez vos stylos, à vos bouquins et rédigez moi 20 pages sur le sujet suivant :

« Le bonheur, les rêves et les idéaux sont-ils obligatoirement liés »

Me concernant je peux clairement dire que non.

Je n’ai jamais imaginé ma vie ainsi, je ne l’ai jamais rêvée et pire je pense que si on me l’avait prédit comme ça il y a 15 ans je vous aurais rigolé au nez ou cassez la gueule.

Je peux aussi vous dire que si vous aviez dit ça à ma famille ils vous auraient dit la même chose que moi.

« Non mais ça va pas ? »

Alors qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui je suis plus heureuse que jamais, que j’adore ma vie alors que l’imaginer comme ça il y a 10 ans m’aurait filé des boutons ?

On dit que les gens ne changent pas mais les envies ? Les désirs ? Les ambitions ?

Les gens ne changent pas mais évoluent.

Les gens ne changent pas mais la vie s’en charge, la réalité, les écueils aussi peut être, les déviations et les routes barrées.

On s’adapte, on se prend une baffe sur un événement qui pourtant vous faisait rêver et vous vous dites que non, finalement dans mes rêves c’était super mais en vrai bof bof quoi.

Sur bien des plans c’est un peu ce qui m’est arrivé ; amoureusement, professionnellement j’avais des envies qui finalement ne correspondaient pas à ce qu’il me fallait ou ce que j’imaginais qu’il me fallait (tu me suis toujours ?).

J’ai suivi un chemin bizarre fait de rébellion, de faiblesse et de fuite.

Oui comme ça c’est pas jojo mais c’est pourtant ça.

J’ai malgré tout 2 crédos depuis un paquet de temps maintenant,

« être heureuse et ne pas avoir de regret »

J’aime regarder en arrière régulièrement pour être sûr que je m’y tiens et que ma vie correspond à ces deux ambitions.

Aujourd’hui ma vie n’est ni un idéal, ni un projet et encore moins un rêve.

Pourtant depuis 6 ans maintenant je savoure mon bonheur continuellement.

Alors oui on ne roule pas sur l’or, notre maison devrait nous occasionner encore une bonne dizaines d’années de travaux, on traverse des moments difficiles comme tout le monde, bien sûr que tout n’est pas rose tous les jours mais je regarde mon mari, mes fils, ma maison si bancale, ma campagne, mes animaux si chiants et je me dis que je suis exactement là où je dois être.

2016-05-01 09.29.09

Hier on n’a rien fait d’exceptionnel, une bouffe entre potes le midi, un barbecue à la maison avec mon beauf le soir, manger tous les trois nos saucisses devant l’Echappée Belle mais c’est à ça que je veux que ma vie ressemble,

« Profitez, aimez, rire »

On pourrait dire qu’aujourd’hui je ne peux rien demander de plus à la vie, que c’est ennuyeux à souhait d’être aussi heureuse à 36 ans avec un potentiel de vie à venir d’environ 40 ans.

Mais qui va cracher sur un bonheur perpétuel pendant une quarantaine d’années ?

Oui il faut peut être des ambitions dans la vie, des buts, des projets.

Moi je suis binaire, je veux continuer à rénover ma maison (projet) et être encore heureuse (but).

« C’est pas suffisant après tout ? »

En tout cas pour moi ça l’est.

Mais après tout, aujourd’hui c’est ça mais demain qui sait ?

Comme je ne pensais pas avoir cette vie il y a 15 ans qui sait ce qui m’attend dans 10 ans que je n’aurais pas pensé ni souhaité mais qui me rendra autant heureuse ?

C’est pas philosophique ça hein ?

« Et toi ? Tu as toujours voulu la vie que tu as ?

Tu me résumes tes 20 pages ? »

Publicités