Le jour où tout n’est qu’étape

Parlons d’autre chose.

Petite aparté quand même pour vous dire à quel point je vous remercie de tous vos messages qui m’ont fait beaucoup de bien. Mon mari a fêté ses 40 ans et son père est toujours parmi nous. Je n’ai jamais eu autant hâte qu’un mois se termine.

Alors nous allons parler plus léger.

Il y a des expressions (vrai ou pas) que j’ai en horreur :

« Faites des gosses »

« Avant j’avais des principes maintenant j’ai des enfants »

Et autres expressions de ce type.

Evidemment, comme tout le monde j’étais sûr que je pourrais faire ci ou ne pas faire ça et le temps a apporté ses nuances.

Tout d’abord oui on a des principes quand on a des enfants (et avant d’en avoir) et tant mieux !

Oui parfois ils s’adaptent à la situation, nous nous adaptons (vous vous adaptez, bref vous connaissez votre conjugaison).

Cet état de fait est aussi valable dans tellement de domaines !

Oui car il n’y a pas que la parentalité

On a des principes au travail (coucher avec un collègue je ne ferais point, parler de ma vie privée je ne ferais pas, picoler à un repas de fête) etc …

On a des principes sur notre vie de couple etc etc …

Pour moi on n’y renonce pas, ces principes nous apportent la base de notre vie.

Tout n’est pas noir ou blanc, il y a aussi du gris.

Si j’ai un leitmotiv dans la parentalité c’est plutôt celui-ci :

Tout n’est qu’étape

Et croyez moi ça nous a aidé à surmonter bien des tracas.

Oui notre marmot dormira un jour.

Oui notre marmot mangera correctement.

Oui, il arrêtera de faire des caprices/colères à répétition.

Oui, il arrêtera de mordre.

De ce leitmotiv est né un bon nombre de situations :

  • Oui, il nous est arrivé de dormir à 3 ou 4 dans notre lit (et plus d’une nuit)
  • Oui, il m’est arrivé de rester à côté de Patapouf pour qu’il s’endorme
  • Oui, le plus souvent je n’insiste pas (trop) pour qu’ils mangent
  • Oui, Patapouf et nous avons partagé la même chambre pendant quelques semaines
  • Oui, c’est toujours Patapouf le relou (pardon je m’égare)

Et je pourrais faire une liste longue comme le bras.

Dire que j’ai renoncé à mes principes non, je n’aime pas dire ça, ça donnerait raison à toutes les MFE (Mamans et Fières de l’Être) surtout que mes principes sont restés là.

J’y ai seulement apporté des nuances pour la durée d’une étape car après ces étapes, à chaque fois :

  • On a récupéré notre lit pour nous deux,
  • Patapouf s’endort seul (et puis avec musique et puis sans et avec veilleuse et puis sans et la porte ouverte puis fermée),
  • Il mange assez pour grandir et grossir,
  • Mes garçons dorment à nouveau dans la même chambre,
  • Patapouf est toujours le plus relou (pardon je m’égare à nouveau).

Après chaque étape, tout revient à la normal et puis non et puis revient et puis non et il y a des nuances, des craintes, des cauchemars, des nuits sereines, des journées simples et faciles, des journées atroces.

J’apprends à rendre les armes de temps en temps pour leur bien (et pour le notre), parce qu’ils en ont besoin (et nous aussi) et après tout revient à la normal.

C’est plus ou moins long bien sûr mais tout passe.

Je crois qu’on ne perd pas pour autant nos principes ni notre autorité.

Tous les enfants sont différents, il n’y  pas qu’une façon d’éduquer et ce qui convient à certains ne convient pas à d’autre (Montessori ou autre théorie machin chose entre autre).

S’il y avait une recette miracle pour éduquer les enfants ça se saurait et heureusement qu’il n’y en a pas parce que ça voudrait dire qu’on a tous des clones à la maison, bonjour l’angoisse.

Alors ici, notre façon de surmonter les étapes difficiles et les changements de nos enfants qui peuvent passer de l’enfant adorable à l’enfant atroce c’est ça : se dire que ça va passer.

Quand notre autorité, les explications et autres solutions alternatives n’ont pas fonctionné alors peut-être que c’est une étape nécessaire alors autant l’accepter.

Et vous ? Un leitmotiv qui vous aide à relativiser les étapes difficiles ?