Le jour où on parle intégration

Les vacances scolaires sont là.

Je peux donc vous parler de l’intégration de notre fils à l’école.

Vous n’avez pas pu échapper aux infos et aux nombreux témoignages de parents d’enfant handicapé à la télé : absence d’AVS, exclusion, déscolarisation …

Nous avons également subi l’aléa lié à la démission de notre première AVS mais grâce à la directrice/maîtresse des garçons, nous n’avons rien senti puisqu’elle l’a gardé à l’école.

Puis nous avons eu une nouvelle AVS que nous connaissons puisqu’il s’agit d’une amie à moi.

Inutile de vous dire notre soulagement.

Alors l’école et notre Crevette ?

Il va donc à l’école les mardi + garderie le soir, le mercredi matin et le jeudi + garderie le soir.

Le rythme (debout à 7h20) le (s) change puisqu’on ne les a jamais levés. Et non rappelez vous, nous les amenions à la garderie à 9h30 puisque nous travaillons à la maison et que la garderie est à 3 minutes.

A l’école, il y a plusieurs temps de jeux/activité/motricité.

De ce que j’en sais (vive les copines AVS), notre Crevette s’habitue aux règles de vie (sa chaise, son étiquette de présence) et adore le temps « chanson » du matin où visiblement il est à fond.

En récréation il y a eu des soucis au début car il y a des vélos et des trottinettes et qu’il adore le vélo.

Sauf qu’il s’accaparait un vélo pendant toute la durée de la récréation.

Visiblement c’est passé, ouf.

Notre petit chat a tout un harem et une copine en particulier.

Notre petit chat repousse même certaines copines trop collantes par un « Noon Mariiiiiie » suivi d’un mouvement de la main vers l’arrière (je l’imagine trop bien).

C’est que notre chaton a une bouille craquante et qu’il est toujours tout petit riquiqui.

Du coup beaucoup d’enfants le prennent un peu pour la mascotte ou le bébé de la classe qu’il faut bisouiller et caliner.

En dehors du temps scolaire où il est accompagné de son AVS, de l’ATSEM et de la maîtresse, il est accompagné par N.

N. est une jeune fille qui a été embauchée exprès pour s’occuper des enfants particuliers pendant le périscolaire (sieste/tap/garderie matin et soir/vacances au centre de loisirs).

Elle l’aide à manger et à faire la sieste.

Pour la sieste, ils s’isolent tous les deux dans la classe (et pas dans le dortoir) et elle essaie de le faire dormir.

Oui, la sieste c’est compliqué mais ils ont tout mis en oeuvre pour qu’il dorme un peu et oui, il dort au moins soit le mardi soit le jeudi et il mange bien.

Le soir nous les prenons à la garderie et N. nous raconte tout ça.

Nous attendons avec impatience la fin de l’année (décembre) pour faire un point avec la directrice mais il aime l’école, sa maîtresse, sa N. et son AVS ce qui, déjà est énorme.

Il dort et il mange c’est aussi qu’il se sent en confiance.

Evidemment nous savons qu’il y a des difficultés, qu’il y a eu des crises mais N., l’AVS et la maîtresse ont très bien géré à chaque fois et même si je suis évidemment perpétuellement anxieuse des difficultés que nous lui connaissons, je sais qu’il est entouré de personnes qui font tout pour l’aider à gérer ses difficultés.

Le sommeil la nuit s’est d’ailleurs enfin apaisé ce qui montre bien qu’il a pris ses marques et se sent bien dans son rythme de vie même s’il est un peu fatiguant.

Evidemment les angoisses de nous, parents, ne cessent pas car cette année est une année charnière. Enfin surtout pour moi, mon mari ne se projette pas trop ! lol.

Va-t-il tenir toute l’année ? Va-t-il progresser dans sa sociabilisation de groupe qui est méga difficile ? Quelles vont être les propositions de son équipe médicale car cette année est sa dernière dans son SESSAD.

Le SESSAD est un centre petit enfance 0-4 ans et sa prise en charge prend fin en août.

Pour quelle suite et où ? Nous savons que toutes les structures de notre coin sont blindées.

Comment va-t-il prendre la fin de sa prise en charge ? Sa séparation d’avec son infirmière qu’il adore ?

Bref, toutes ces interrogations sont pour demain puisqu’il va falloir mettre ça en place dès février.

En attendant j’essaie de ne pas y penser et je profite malgré tout de la chance que nous avons d’avoir une école dans notre village avec une directrice si formidable.

Et vous ? Cette première période d’école ?

 

Publicités