Le jour où j’espère

Cette rentrée me laisse pleine d’espoir.

Ces deux dernières années ont été difficiles surtout depuis un an.

Notre premier rendez-vous au CHU pour notre Crevette a eu lieu en septembre 2016.

Voilà donc un an déjà que nos questions ont été prises en charge.

Il y a un an on a retrouvé nos vieilles habitudes de résident du CHU (quoique dans un nouveau bâtiment au rayon Ped ça change …) avec les multiples rendez-vous subis cette fois par notre petit chat.

S’en est suivi une année éprouvante, fatigante et parfois effrayante.

Cette année verra notre chaton entrer à l’école maternelle avec son frère, le premier espoir que nous avions, notre premier objectif lors de la prise en charge de son autisme : qu’il soit scolarisé avec son frère.

Bien sûr rien n’est réglé puisqu’aucune AVS ne nous a encore été attribuée mais je préfère ne pas y penser.

En attendant il a (ils ont) intégré le centre de loisirs hier.

Aurevoir la garderie, bonjour le centre de loisirs : ils ont 3 ans.

Ils ont géré comme des chefs avec une super prise en charge : notre petite commune déchire sa race moi je vous le dis.

Aujourd’hui (2ème jour donc), ils étaient même de sortie : car/parc/bateau. Une grande première !

Bien sûr notre chaton ne sera scolarisé qu’à mi-temps puisque sa prise en charge au SESSAD reprend comme l’année dernière (après un instant de panique administratif mais le renouvellement de sa prise en charge est bien acquis pour un an).

Bien sûr je dois garder mon boulot de merde encore au moins 1 an rapport à sa prise en charge qui restera de 3 à 5 séances par semaine.

Bien sûr quand on y regarde de plus près le changement ne devrait pas être si énorme que ça puisque notre Crevette aura le même emploi du temps sauf qu’au lieu de la garderie il ira à l’école :

Lundi matin : SESSAD / lundi midi : maison

Mardi : école

Mercredi matin : école / mercredi midi : SESSAD

Jeudi : école

Vendredi matin : SESSAD / Vendredi midi : garderie

Et comme d’habitude, quand il sera à l’école je bosserais.

Mais son frère sera à l’école à temps plein.

Bien sûr nos moyens financiers vont en prendre un coup puisqu’ils ont 3 ans.

Et oui, les allocs nous ont bien aidé à compenser ma non reprise de taf à temps plein mais là c’est fini, ça risque d’être chaud mais bon.

Malgré tout ça, malgré que nos nuits soient toujours hachées, blanches, malgré que les endormissements soient toujours infernaux, malgré ma fatigue immense, j’ai plein d’espoir pour cette année.

J’aimerais retrouver une vie plus maîtrisée, moins subie.

Cette légende urbaine qui dit qu’après 3 ans tout va mieux, m’a aidé à tenir et m’aide encore aujourd’hui.

Je me convaincs que tout ça va finir, que je vais pouvoir mieux dormir et donc maîtriser un peu plus mon emploi du temps.

J’ai envie de faire du vélo, j’ai envie de me mettre à la confection de produits à base d’huile essentielle (je bave devant le site aroma-zone), j’ai juste envie de ne plus être un zombie à longueur de journée.

Je sais que notre emploi du temps sera toujours serré, je sais que finalement l’école ne changera pas grand-chose, je sais qu’à 3 ans les nuits cauchemardesques ne s’arrêtent pas du jour au lendemain mais j’ai besoin d’y croire pour tenir.

Parce qu’avoir un taf de merde, être parent d’un enfant handicapé, être parent de jumeaux, ne pas avoir eu de nuit correcte depuis 2 ans m’usent réellement même si je fais super bien semblant quoique de moins en moins.

Je veux croire que cette année sera celle du changement, je veux croire que je vais un jour redevenir celle que j’étais : enjouée, joyeuse et rigolote et plus celle que je suis devenue : fatiguée, hargneuse, anti-sociale.

Je sais que la base de tout ça c’est bien plus le sommeil que le planning serré, ces 2 années sans sommeil correct m’ont vraiment abîmé et il faut urgemment que ça cesse.

Alors je suis pleine d’espoir pour cette année.

 

Et vous ? Des objectifs pour cette rentrée ?

Publicités