Le jour où on fait une pause

Elle m’a dit il y a quelques mois que ça ne pouvait pas durer comme ça, qu’on avait besoin de repos.

Elle m’a dit qu’elle était dispo le week-end du 17/18 juin, qu’on leur déposait les enfants et qu’on partirait tous les deux.

Elle m’a dit que tout irait bien, qu’on avait besoin de souffler, qu’on avait besoin d’aide.

C’est elle que j’ai rencontrée un jour sur internet et qui a donné ses ovocytes dans le même centre que moi afin qu’on puisse écourter les délais et avoir la chance d’essayer d’avoir un enfant.

Elle, on ne la voit qu’une fois par an maximum.

Elle a compris qu’on était au bout, elle se rappelle sûrement qu’on l’a aidé quand ses enfants étaient petits ou elle aurait eu envie qu’on lui vienne en aide.

Elle a été AVS, elle a une petite idée de ce que le handicap veut dire et de ses conséquences sur toute une vie de famille.

On ne s’appelle jamais, on se croise sur le net mais elle nous a tendu la main.

Elle est très généreuse, bénévole pour la Croix Rouge, en course pour le Raid des Alizées etc …

Elle aime les challenges, elle a un caractère bien trempé.

Ce week-end, pour la première fois depuis 3 ans, on va passer une nuit sans nos garçons.

Pour la première fois en 3 ans, quelqu’un a proposé de les garder plus de 3 heures, pire même, de les garder pour dormir !

Comme l’infertilité, le handicap est abordé vaguement dans les conversations, certains en parle, d’autre ne me demande jamais comment va mon fils, comment on va, comment on gère.

On prend dure depuis le début de l’année, il n’y a pas d’autre mot.

Pourtant une seule personne nous a tendu la main.

On a les amis qu’on mérite je pense, c’est qu’on ne doit pas mériter grand chose.

Oh Caliméro je sais, je suis tellement, tellement, tellement fatiguée si vous saviez.

Tellement fatiguée de courir, de devoir faire ce taf de merde pour bouffer, de passer mes mercredi à courir sans même avoir le temps de manger entre le taf le matin et le centre l’après-midi, fatiguée de ne pas dormir.

Le hasard fait que mes amies, celles qui m’aideraient sans hésiter habitent trop loin.

Mais ce week-end on part enfin que tous les deux, il va faire beau et chaud, on part à la mer et ça va être un grand bol d’air.

En attendant les garçons sont exceptionnellement à la garderie pendant que je vais ranger, faire les valises et à 16 heures on a rendez-vous avec notre assistant social dépêché en catastrophe par l’équipe du SESSAD pour trouver un moyen de nous aider à faire surface et les aides dont on pourrait bénéficier avant de partir totalement en vrille.

Sur ce, bon week-end à toutes !

location-batz-sur-mer-residence-odalys-valentin-plage-6